Benjamin Ulman
restaurer les menus


Agenda


* Notre EXPO 2018 *

27 et 28 janvier

Prochaine réunion mensuelle

vendredi 8 décembre 2017 à 20h00 maison du parc.

Benjamin Ulmann
1829-1884

Peintre

Benjamin Ulmann est né à Blotzheim, vraisemblablement dans la maison de l'actuelle bibliothèque, le 24 mai 1829.

Il a étudié à l'École des Beaux-Arts de Paris, avec pour professeur Michel Martin Drölling et François-Édouard Picot. Benjamin Ulmann va croiser le chemin de l'artiste Amédée Servin, né en 1829, ils suivent ensemble les ateliers de Drölling et deviendront très vite des amis très proches.

Benjamin Ulmann, photographie

Il se présente au Prix de Rome à partir de 1855 et se trouve second en 1858 derrière Jean-Jacques Henner. En 1859, Benjamin Ulmann obtient le Grand Prix. Il devient alors pensionnaire de l'Académie de France à Rome où il restera quatre années, de 1860 à 1864, à la Villa Médicis. Il y côtoiera entre autre Jean-Jacques Henner et Jules-Élie Delaunay. Comme tous les pensionnaires, il doit envoyer ses travaux tous les ans à Paris, car les artistes même s'ils ont gagné un prix de Rome et apporté la preuve de leur talent sont toujours considérés comme en formation, ils doivent donc tous se soumettre à des exercices imposés.

En 1872, ses travaux lui valent le troisième Prix de Rome. La même année, il est décoré de la Légion d'Honneur.

Il décède le 25 février 1884 à son domicile de la rue Chaptal, dans le IXème arrondissement de Paris.

L'œuvre:

Il est défini comme un peintre de scènes historiques. Dans les bâtiments de la Cour de cassation de Paris, au plafond de la Chambre du Conseil, se trouvent trois compositions de Benjamin Ulmann: "La Cour protège l'innocence et fait châtier le crime" signée et datée de 1868, "La Cour sanctionne un verdict" signée et "La Cour casse un arrêt" sans signature apparente.

La Cour protège l'innocence et fait châtier le crime

Une autre de ses œuvres, "Sylla chez Marius" fut exposée au Salon annuel de 1866, au Palais des Champs Elysées et acquise par le Ministère de la Maison de l'Empereur et des Beaux-Arts. L'original n'est pas visible aujourd'hui pour des raisons de conservation. L'œuvre est classée dans la catégorie "Envois de l'Académie de France de Rome". Suite au titre figure une annotation de Dubosc de Pesquidoux.

Benjamin Ulmann est largement représenté dans les musées de Bayeux, Colmar, Guéret, Louviers, Le Mans, Marseille, Melun, Nancy, Le Puy, Strasbourg et Versailles.

Alexandre Falguière a sculpté un portrait en bas-relief, daté de 1875, de Benjamin Ulmann visible au musée de Jean-Jacques Henner à Paris.

En savoir plus:

quitter