Blotzheimois Émigrés
restaurer les menus


Agenda


* Notre EXPO 2018 *

27 et 28 janvier

Prochaine réunion mensuelle

vendredi 8 décembre 2017 à 20h00 maison du parc.

Blotzheimois émigrés au XIXème siècle

L'émigration en Alsace au XIXème siècle avait plusieurs causes. Des familles s'en allaient pour fuir la misère et le chômage. De jeunes hommes voulaient échapper à la conscription militaire. Quelques uns partaient pour se soustraire à la Justice. Tous entretenaient l'espoir que la vie est plus facile et plus belle ailleurs. Dans la plupart des cas les gens partaient pour l'Amérique, prête à les accueillir et qui laissait entrevoir des possibilités de vivre libre et de faire fortune. Un article de Robert Weinland explique fort bien les mécanismes de l'émigration alsacienne au XIXème siècle (English version)

Comme d'autres, des Blotzheimois ont été entraînés dans cette aventure. Une quarantaine de départs ont été répertoriès pour la période allant de 1840 à 1896. Ceux qui partent sont tant des familles que des personnes seules. Au total, ce ne sont pas moins de 92 personnes répertoriées à ce jour qui sont partis pendant cette période. Le graphe ci-dessous représente le nombre de départs de Blotzheim par année. Jusqu'en 1890 un à trois départs ont lieu et ils ne se produisent pas tous les ans. Les années 1891 et 1892 connaissent une forte poussée de l'émigration avec quinze départs impliquant 30 personnes en tout.

nombre de départs à partir de Blotzheim de 1840 à 1896

En ce qui concerne la profession des intéressés, la moitié sont des cultivateurs et des laboureurs et la moitié d'entre eux des journaliers. L'autre partie concerne des ouvriers, des artisans et des domestiques. Il s'agit donc toujours de gens modestes qui n'ont probablement plus les moyens de vivre à Blotzheim. Il faut quand même noter que le départ de toute une famille s'est fait après la fuite clandestine du père pour échapper à la Justice après un faux en écriture. Un individu s'en va à la suite d'une condamnation non précisée. À noter que plusieurs familles quittent leur domicile avec jusqu'à sept enfants dont plusieurs en bas âge. Le plus jeune bébé qui est parti avait moins de deux mois.

Famille Kaufman-Koenig, 1846

Chrétien Kaufmann , Barbe Koenig et leur famille ne demeurent pas depuis bien longtemps à Blotzheim quand ils décident de s'en aller pour "Lotterautz". C'est tout au moins la destination indiquée lors de la demande de passeport effectuée le 1er octobre 1846 par le père de famille. Il ont sept enfants dont le dernier est né en 1844 à Bettendorf comme ses frères et sœurs. Ses parents s'y sont mariés en 1836. Lui venait du canton de Berne et elle probablement du Pays de Bade. Nous les retrouvons à Hudson (Ohio) en 1880. Ils ont quatre enfants de plus, nés dans l'Ohio, elle a 70 ans, il en a 67. Plus amples informations sur cette famille dans Amish Mennonites in Tazewell County, Illinois (en anglais).

Famille Schmitt-Burcher, 1861

Chrétien Schmitt, barbier de profession, et Thérèse Burcher, mariés en juin 1856 vont émigrer à New-York en avril 1861. Il a 28 ans, elle en a 24. Ils ont deux enfants dont Louise, la petite dernière est née le 24 février précédent. Ils emmènent avec eux la mère de Thérèse, Catherine Ubelin, veuve de Mechior Burcher, âgée de 55 ans. Les motifs de leur départ ne sont pas connus.

Famille Werny-Koerber, vers 1882

Jacques Werny et Anne Koerber sont tous deux issus de familles solidement ancrées à Blotzheim depuis le XVIIème siècle. Ils s'y sont mariés le 3 novembre 1858. Jacques y excerçait sont métier de cordonnier. Ce ne sont pas moins de quatorze enfants qui vont naître de cette union. Malheureusement sept d'entre eux mourront en bas âge. Après la naissance Joséphine, en 1880, il n'existe plus de trace de cette famille dans les registres d'état civil de la commune. Il n'existe pas non plus d'indication dans les données connues de l'émigration.

Marie dans une des rues de Blotzheim qui a vu vivre la famille Werny

En 2012, le Cercle d'Histoire est contacté par Marie Rapp-Laing au sujet de la famille Werny. Elle habite Austin (Texas) et n'est autre que la petite-fille de Monique Werny née à Blotzheim en 1869 et huitième enfant du couple qui nous intéresse. Cette dernière a épousé à Akron (Ohio) en 1891 Valentin Rapp, émigré qui a aussi suivi sa famille dans cette même ville en provenance d'Issenheim. Marie a une petite-cousine, Rita Kline-Sabo qui habite toujours Akron et qui elle est l'arrière-petite-fille de Jacques Werny né en 1860 à Blotzheim frère aîné de Monique. Lui a épousé Carie Schaffer. Les sept enfants de Jacques Werny et d'Anne Koerber se sont tous mariés aux États-Unis et y ont une descendance. Alors, disparus les Werny!

Marie et Rita à l'entrée du Musée Sundgovien d'Altkirch

Compte tenu des connaissances actuelles, il est difficile de savoir pourquoi la famille a émigré ni exactement quand et dans quelles circonstances. Marie Laing situe leur arrivée au plus tard au début de 1882 à Akron. Y-a-t'il eu une autre étape avant la grande traversée? Quant aux Rapp d'Issenheim, il est établi qu'ils sont arrivés en Amérique en 1865, mais là aussi les détails sont difficiles à cerner.

Marie et Rita ont décidé de venir visiter l'Alsace, berceau de leurs familles. Ce fut chose faite en avril 2013 quand elles ont passé parmi nous une dizaine de jours accompagnées de Glynis, fille de Marie, qui a pu ainsi faire connaissance avec les routes alsaciennes. Elles ont parcouru la région sur les pas de leurs aïeux: Issenheim, Colmar, Alkirch et... Blotzheim bien sûr, où nous avons eu la joie de les accueillir. Elles ont pu arpenter les rues où sont nés leurs ancêtres: Seimarkt, Silbergasslei, Spalen... Elles savent maintenant qu'elles ont beaucoup de cousins à Blotzheim et ont pu en rencontrer quelques-uns. Elles s'en sont retournées avec de l'Alsace plein les yeux et plein le cœur.

Famille Boeglin-Engler, 1891-1892

Aloyse Boeglin, charpentier, né à Michelbach-le-Haut en 1850 et Anne-Marie Engler née à Blozheim en 1857 se sont mariés à Blotzheim le 17 novembre 1884. Lors de leur mariage, ils reconnaissent trois enfants nés entre 1879 et 1883. Ils auront cinq enfants entre 1885 et 1892. L'un d'eux est décédé en 1888 à l'âge de sept mois.
Voilà notre charpentier qui part seul pour l'Amérique en 1891 alors que son épouse est enceinte de Joseph le plus jeune. La raison n'est pas connue. Le bébé n'aura donc que cinq mois et demi lors de la traversée avec ses frères et sœurs, leur mère et leur grand-mère, Thérèse Gasser veuve d'Antoine Engler. Ils s'installent à Philadelphie en août 1892.

Famille Dieret-Blind, 1892

C'est pour échapper à une condamnation pour faux en écritures que Joseph Dieret s'embarque clandestinement vers les Amériques. Marié à Blotzheim à Marie Blind en 1876, ils ont eu huit enfants, Joseph étant décédé à deux ans en 1885. En juillet de la même année, elle part le rejoindre avec leurs sept enfants âgés de 2 à 15 ans. L'endroit où ils se fixent aux États-Unis n'est pas connu.

Famille Dreyfuss-Gintzburger, 1891-1894

Élie Dreyfuss et Rosalie Gintzburger, tous deux nés à Uffheim, se sont installés à Blotzheim en 1873 ou 1874 après la naissance de leur deuxième fils David, le premier étant décédé à la naissance. Ils auront sept autres enfants à Blotzheim de 1874 à 1885. Leur exode pour le nouveau monde,loin d'être improvisé, semble délibéré et bien planifié à partir de 1891 quand David part seul pour les États-Unis. En effet il est rejoint en 1892 par Daniel et Florine, âgés respectivement de 18 et 16 ans. En juillet 1894, c'est Henriette, 15 ans, qui va retrouver ses aînés à New-York. Finalement le reste de la famille va quitter Blotzheim en octobre 1894.

à suivre...

Sources:

quitter