Joseph Schmidlin
restaurer les menus


Agenda


* Notre EXPO 2018 *

27 et 28 janvier

Prochaine réunion mensuelle

vendredi 8 décembre 2017 à 20h00 maison du parc.

Joseph Schmidlin
1876-1944

Écrivain et théologien

Joseph Auguste Schmidlin est né à Petit-Landau le 29 mars 1876, d'Auguste, instituteur et de Marie-Anne Hoefferlin, pieuse et cultivée. C'est à Blotzheim, où son père est nommé instituteur principal, entouré de l'affection de ses deux frères et de ses deux sœurs, qu'il passe sa jeunesse. Toute sa vie, il sera fidèle à sa petite patrie. Très jeune, il consacre sa première étude à l'Histoire de Blotzheim et du Sundgau. Cette région frontalière le marqua profondément et il resta un Sundgauvien au caractère fort.

Extrêmement doué, il quitte l'école primaire à neuf ans pour entrer au séminaire de Zillisheim puis au lycée Saint-Étienne de Strasbourg à 14 ans. Après des études de théologie et de philosophie, il est ordonné prêtre en 1899. Durant cette période, il publie de nombreux travaux sur l'Histoire de l'Alsace.

Famille Schmidlin vers 1914, la mère était déjà décédée

Après un séjour à Rome, il oriente ses études vers l'Histoire de l'Église. En 1907, il est nommé à l'Université de Munster en Westphalie pour étudier l'Histoire des Missions catholiques en Asie et en Afrique. Il visitera ces régions plusieurs fois au cours de sa vie en excellent observateur. Il reste à Munster jusqu'en 1933, tout en gardant des liens très étroits avec l'Alsace. Après la guerre de 1914-1918, Joseph Schmidlin voit l'Alsace "à l'intérieur de l'État français mais tout en gardant sa spécificité pour former un trait d'union entre la France et l'Allemagne". Il est alors impliqué dans le procès des autonomistes alsaciens de 1928, en même temps que Ricklin et Rossé. Il lui est interdit de venir en Alsace où vit sa famille.

En 1933, la situation politique en Allemagne change avec l'arrivée de Hitler. Joseph, sundgauvien plein de tempérament, ne peut accepter ce régime totalitaire qu'il critique ouvertement. Aussi la mise à la retraite lui est-elle imposée. En 1934, il se retire à Vieux-Brisach où il poursuit son œuvre sur l'Histoire de la Papauté. Mais il a de nombreux conflits avec le régime et sera incarcéré pour injures envers le Führer. En 1940, en maison de repos à Rottenmünster, il se porte volontaire pour assurer, avec l'aide de prêtres français, une assistance spirituelle aux soldats prisonniers. Durant toute la période de 1940 à 1943, il a de nombreux problèmes d'ordre politique. Il est envoyé au camp de concentration de Schirmeck. Il y décède en martyr le 10 janvier 1944 à la suite de graves sévices.

Une plaque commémorative scellée sur la tombe de ses parents au cimetière de Blotzheim rappelle son souvenir.

plaque commémorative scellée sur la tombe de ses parents Alphonse Barthelme, beau-frère Marie Schmidlin, sœur Joseph Schmidlin Alfred Schmidlin, frère, Curé de Hagenthal-le-Bas Alphonse Barthelme, neveu Anne Schmidlin-Barthelme (Nanette), sœur Auguste Schmidlin, père Auguste Schmidlin, frère, initiateur des Jeux de la Passion de Masevaux nièce Barthelme

Ascendants de Joseph Schmidlin

généalogie de Joseph Schmidlin
Arbre affiché par GeneWeb 6.03 Copyright © 1998-2007 INRIA

En savoir plus:


quitter